Site consacré à l'éthique et à la philosophie des valeurs
suivre sur twitter

(Note: pour une lecture plus agréable, nous vous conseillons de télécharger cet ouvrage ou de commander le livre)


5) l’échec de la méthode d’autorité


On peut, pour terminer, essayer d’identifier une dernière méthode utilisée par la doxa pour tenter de fonder la valeur des choses : l’interrogation des spécialistes.

Si nous voulons trouver la valeur de la musique, pourquoi ne pas la demander au spécialiste de la musique, c’est-à-dire au musicien? Si nous voulons trouver la valeur de la peinture, pourquoi ne pas la demander au peintre?
Les spécialistes, qui ont passé des années avec l’objet de leur amour, semblent être les mieux à même de nous révéler leur valeur.

Cette idée intéressante nous semble présenter deux failles : tout d’abord, tout ce qu’apprend le spécialiste d’une chose, c’est à la réaliser. Oui, le danseur professionnel saura mieux danser mieux que nous, et c’est d’ailleurs cela qu’il aura appris pendant ses longues années d’entraînement. Mais probablement n’en saura-t-il pas plus que nous sur la valeur de la danse elle-même.

En effet, la supériorité du spécialiste sur nous autres, simples amateurs, c’est qu’il est plus expérimenté: il a plus d’expérience de la chose que nous; ce pourquoi on pense que lui seul peut trouver sa valeur. Or ce que nous venons de suggérer, c’est qu’on ne peut trouver la valeur d’une chose par l’expérience. Apparaît que cette méthode d’interrogation des spécialistes n’est qu’une forme particulière de la méthode empirique.

D’autre part, à un spécialiste qui insisterait, par exemple un peintre, qui clamerait qu’il est seul à pouvoir trouver la valeur de la peinture, nous lui ferons la réponse qu’un de ses semblables, Apelle, peintre de l’Antiquité, fit à un cordonnier. Ce cordonnier, spécialiste des chaussures, se moquait des sandales qu’Apelle avait représenté sur une de ses toiles: le peintre repeignit les sandales, mais lorsque le cordonnier revint le lendemain et se mit à critiquer le reste du tableau: « Cordonnier, pas plus haut que la chaussure » lui dit-il.
Or nous, nous répondrons à ce peintre qui prétendrait être, en tant que spécialiste, seul à même de trouver la valeur de la peinture : « Peintre, pas plus haut que le pinceau » et nous lui suggèrerons, puisqu’il accorde au spécialiste l’autorité suprême pour juger de sa discipline, de laisser parler le spécialiste des valeurs, s’il en existait un, à savoir l’axiologue.

L’échec de ces cinq méthodes successives, méthodes utilisées, à ce qu’il nous semble, sans conceptualisation explicite, par l’opinion commune ou certains philosophes, peut peut-être nous amener à conclure : les valeurs ne sont pas fondées, parce que les tentatives faites en ce sens ont toujours pris la forme de l’une ou l’autre de ces méthodes, et ce phénomène de la plus haute importance qu’est la non-fondation des valeurs, a pris ses racines depuis la pensée la plus antique jusqu’à la pensée la plus contemporaine.

Le chercheur qui admet ce fait peut alors le prendre pour objet de ses méditations, et tenter de déterminer quelles en peuvent être les conséquences. Si les valeurs ne sont pas fondées, quel comportement existentiel faut-il dès lors adopter ?